Trans-West
Trans-West

soutien aux conjointes

Le programme de soutien aux conjointes vise les couples où l’un des partenaires a de l’expérience dans le transport, et dont la conjointe veut suivre une formation en transport. Le programme s’applique aux routiers qui travaillent chez Trans-West, ou aux routiers qui ne travaillent pas chez Trans-West, et dans les deux cas, qui souhaitent rouler en couple chez nous. Il est à noter que le programme s’applique aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Comment ça marche?

Dans le cas où le routier est déjà à notre emploi, nous rencontrons la personne qui veut suivre sa formation. Nous évaluons si elle répond aux critères de l’emploi et si notre travail, nos valeurs et notre vision rejoignent ses propres valeurs et ses besoins. Si elle cadre bien chez Trans-West, nous aurons une entente.

Si le routier n’est pas à notre emploi, nous rencontrons le couple et les deux personnes doivent répondre aux critères et bien cadrer chez nous. De plus, le routier doit passer et réussir un examen routier.

Quelle est l’entente?

Pour supporter financièrement les routiers qui prennent la décision de faire carrière avec leur conjointe et de rouler en couple, nous offrons un montant de 5,000$. Le routier doit être à notre emploi et la conjointe doit suivre une formation reconnue au CFTR ou au CFTC pour obtenir son diplôme en transport par camion. Nous ne faisons pas d’entente avec les cours privés puisque ceux-ci nous ont démontré, dans le temps, que les finissants manquaient trop d’outils et de pratique.

Pendant la durée de la formation de 5 mois, le routier à l’emploi reçoit un montant de 2,500$ réparti sur ses payes, soit 500$ par mois. Ensuite, la conjointe reçoit un montant forfaitaire de 2,500$ quand elle joint l’équipe, termine son stage et obtient son diplôme d’études professionnelles (DEP). Cela permet à Trans-West d’aider les femmes de routiers à joindre le métier.

« Puisque la formation du ministère est payée par l’état, notre façon d’aider est de donner un montant de 5,000$ au couple pour les supporter pendant ces mois parfois plus difficiles, où la conjointe est contrainte à quitter son emploi pour suivre le cours » explique Pascal Gaudet, VP à la gestion des routiers. « C’est un programme très apprécié parce que c’est un choix personnel de retourner à l’école à temps plein, donc il n’y a pas de soutien financier du chômage. Nous mettons en place ce programme pour aider les couples à réaliser leur rêve de partager la route ensemble, chez nous. »

(Témoignages et photos à suivre)